La danse de Damiano Foà et Laura Simi

  1. Accueil
  2. > créations
  3. > Saraband

Saraband

titre provisoire - Laura Simi et Erika Zuenli

lundi 11 juillet 2022, par Noëlie Plé - Silenda - chargée de diffusion et communication

Distribution

Conception et interprétation : Laura Simi et Erika Zueneli
Distribution en cours
Lumières : Damiano Foà
Son, musique : Perig Villerbu
Dramaturgie, collaborations : en cours
Costumes, accessoires : Marie Szersnovicz, Elisabeth Dallier
Collaboration scientifique : Marina Nordera, historienne de la danse

documents
à télécharger

Création 2023/2024

Le point de départ de ce dialogue est un ensemble de danses anciennes, de rythmes et de pas codifiés. La sarabande convoque à la fois une forme musicale et une danse. Sarabande signifie aussi confusion, vacarme, chaos. Interdite par l’Inquisition d’Espagne qui la jugea capable « d’émouvoir les passions tendres, de dérober le cœur par les yeux et de troubler la tranquillité de l’esprit » (Miège-Cotgrave, 1688), on considérait la sarabande comme la danse enseignée par le diable aux sorcières qui la dansaient au moment du sabbat. Les formes de la sarabande musicale, presque ancestrales, font elles partie d’un répertoire baroque et médiéval plus ancien, continuant à exister au sein des musiques contemporaines et modernes.

Le motif rythmique de la sarabande traverse les âges et les pratiques. Dans Saraband, Laura Simi et Erika Zueneli convoquent le corps comme épaisseur de temps, de motifs, de forces et de souvenirs, le corps qui pense, ordonne, s’abandonne, se formant et se transformant comme en écho au réel. Leurs figures dérivent au milieu d’un maelstrom de sensations, d’épisodes passés et présents, de choses vues, entendues, vécues. Saraband se constitue à la croisée de plusieurs pays, parce que c’est toujours d’une terre, de la terre, que le mouvement émerge. L’altérité se donne ici comme voyage ou pèlerinage. Entre révolte et ironie, les mouvements de la terre et ceux des corps sont traduits au plateau en formes, espaces, gestes, rythmes ou répétitions, actions et micro-protocoles. La partition explorée est simultanément musicale et chorégraphique.

Poème chorégraphique né de la rencontre entre Laura Simi et Erika Zueneli, Saraband convoque l’histoire de leurs corps, de leurs danses, mais aussi celle d’une génération de danseurs.euses marquée par une obstination vis-à-vis du mouvement. Saraband est une pièce manifeste pour hériter et témoigner du temps des corps, de l’histoire des gestes qui passent et se transmettent, des générations qui émergent et transforment ce qui est là, de la terre qui soutient le rythme et la pulsation. Une danse, pour célébrer la danse comme pratique créatrice d’utopie.

Production : Silenda et Tant’amati ( FR-IT-BE)
Coproductions et accueils en résidences (en cours de montage) : Regards dansants l Le Trident-scène nationale de Cherbourg (FR) ; Les Brigittines, Bruxelles (BE) ; L’Oiseau-Mouche à Roubaix ; Cap-étoile Montreuil (FR), Armunia - Centre de résidences artistiques de Toscane (IT) ; LCC-La Coopérative chorégraphique à Caen (FR) ; Fabbrica Europa, Florence (IT)
Avec le soutien de : Drac-Normandie, Région Normandie, Ville de Caen.